L’amour, le vrai, celui qu’on réalise intimement, est un chemin de conscience. Trouver cette part de vérité passe par une acceptation de notre histoire et une connaissance approfondie de notre corps et de notre psyché.

La quête de l’amour, de l’amant (e), de l’aimé (e), s’apaise sur un chemin de conscience dans une réconciliation avec soi-même. C’est au cœur de la relation avec soi qu’un amour neuf se révèle.

Nous avons à apprendre à nous accepter nous-mêmes, notre corps, notre histoire, nos comportements, et à nous aimer avec tout ça. Dans cette intention d’amour, tous les moments de la vie et tous les chemins sont fertiles car chaque instant nous offre une opportunité : ne pas me juger d’abord, m’accepter ensuite, tourner vers moi un regard aimant enfin.

Notre vie étant un processus d’incarnation, tout ce qui ne se vit pas dans le corps risquerait de rester superficiel et de nous éviter d’être vraiment vivants. Il s’agit donc d’être avec nous le plus pleinement possible : respirer consciemment, habiter notre corps d’abord, surtout, encore. Et puis nous embrasser : prendre dans mes bras, serrer contre mon cœur celle ou celui que je suis.
Pour se renforcer, se muscler, notre lien à l’amour et notre chemin de conscience ont besoin de contrastes : mouvement, immobilité, solitude, relation, silence, musique, nous offrent des occasions multiples de nous rencontrer, nous saluer, nous écouter, nous aimer nous-mêmes.

Pour trouver cet amour de nous, nous approfondissons le lien à notre corps, à nos sensations, au plus intime de nous mêmes, et notre espace intérieur s’agrandit : c’est un univers ! Alors nous réalisons que le mystère est aussi en nous, que l’amour de nous-mêmes nous ouvre à un amour neuf, pour la vie et pour l’autre. Ce chemin de vérité nous fait vivre un double mouvement : un approfondissement en nous-mêmes, dans le corps et la psyché, et un élargissement de conscience. Nous sommes reliés à l’espace infini, un contenant plus vaste, une conscience bien plus large.

L’émerveillement, c’est de découvrir qu’il n’y a finalement qu’un seul amour qui, s’il a à s’incarner dans le quotidien, dans nos corps, dans cet instant, dépasse, transcende nos histoires personnelles pour tous nous réunir dans un même cœur.

QUAND JE PEUX ETRE AVEC MOI A PARTIR DE CE CŒUR-LA, ALORS JE M’AIME ET JE M’APPROCHE D’AIMER TOUT CE QUI EST, ET CEUX QUI SONT LA !

Brigitte Chavas
Souffle et Thérapie : Séminaires transpersonnels
Couples, Jeunes, Père ou mère & Fils ou fille, Hommes/ Femmes, Tous…
www.souffletherapie.net